theatre-contemporain.net

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Shitz »

Shitz

+ d'infos sur le texte de Hanokh Levin traduit par Laurence Sendrowicz
mise en scène David Strosberg

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de L'Autre Scène®

mercredi 15 avril 2015

David Strosberg, aura tout compris, de Freud comme de Levin.

Par David Rofé-Sarfati

Que serions-nous si nous parvenions à réduire au maximum notre instance morale ? La plupart des injonctions et assignations du collectif, des identifications et des interdictions de l’individu est refoulée et en tant que telle domiciliée dans l’inconscient et de cet endroit organisent les résistances du sujet, à son insu.

Lire l'article sur L'Autre Scène®

Image de la critique de Rhinoceros

mardi 07 avril 2015

Affreux, sales et méchants

Par Gwendoline Soublin

Après la création en 2000 de L’Enfant rêve, le metteur en scène belge David Strosberg poursuit son exploration des textes d’Hanokh Levin avec Schitz. Caustique, cruelle, mordante, scatologique, la liste des adjectifs décrivant la foisonnante écriture du dramaturge israélien est infinie. Dans cette pièce politique datant de 1975 où les corps n’ont d’humain que leur parfaite obésité, la cellule familiale est passée au microscope de la mesquinerie....

Lire l'article sur Rhinoceros

Image de la critique de liberation.fr

jeudi 02 avril 2015

Hanokh Levin, enrobé de mariés

Par Hugues Le Tanneur

«Que me restera-t-il à ma mort ?» La question est énorme. A l’image de celui qui la pose, dont la physionomie impressionne par ses proportions gargantuesques - à se demander comment il tient encore sur ses jambes. Contre la mort, Schitz n’a pas trouvé mieux que l’accumulation, aussi bien de chair que de capital. Mais cette digue entassée au fil des ans lui paraît soudain dérisoire. A quoi bon, par exemple,...

Lire l'article sur liberation.fr

Image de la critique de lesechos.fr

lundi 30 mars 2015

Hanokh Levin, en un cabaret noir

Par Philippe Chevilley

La pièce a quarante ans mais elle aurait pu être écrite aujourd'hui. « Schitz » est un concentré d'ironie et de désespoir. Une farce au vitriol qui brocarde notre monde et ses valeurs en déroute - famille, mariage, amour, mort, patrie. Une farce « chantée » signée du dramaturge israélien Hanokh Levin (1943-1999), dénonçant rageusement l'avidité et l'égoïsme humains....

Lire l'article sur lesechos.fr