theatre-contemporain.net

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Roland Dubillard

Roland Dubillard

France – 1923 - 2011

Suivre aussi Roland Dubillard sur :

Ajoutez un lien vers twitter, linkedin, instagram

Présentation

Acteur et auteur dramatique français, est né à Paris en 1923.

À partir de 1953, Roland Dubillard s'illustre comme acteur dans Grégoire et Amédée, suite de dialogues entre deux compères, qui sont donnés quotidiennement à la radio. À la scène Grégoire et Amédée deviendra Les Diablogues (1975). En 1961, est représenté au théâtre de Poche Naïves Hirondelles; en 1962, au théâtre de Lutèce, La Maison d'os. Le Jardin aux betteraves, d'abord conçu pour la radio, est monté en 1969 par Roger Blin; « ... Où boivent les vaches.», avec la complicité Renaud-Barrault en 1972. Dubillard est également auteur de pièces radiophoniques (Les Chiens de Conserve, 1978), d'adaptations de pièces anglo-saxonnes, de nouvelles et de poèmes.

Dubillard auteur, Dubillard acteur, Dubillard personnage - car c'est toujours de lui qu'il parle sous les espèces de Grégoire, de Guillaume (dans Le Jardin aux betteraves), du maître (dans La Maison d'os), ou de Félix (dans « ... Où boivent les vaches.») - se ressemblent étrangement et conjuguent leurs traits pour composer la silhouette d'un être en état permanent d'absence. Rien n'est lié chez Dubillard, tout s'improvise dans une espèce de nonchalance qui ne s'alimente de rien d'autre que de mots. Car pour le soutenir dans son entreprise d'indifférence, Dubillard recourt au seul langage. Ce Buster Keaton de la scène s'empêtre comme à dessein dans les mots les plus simples: le moindre d'entre eux et la phrase la plus banale provoquent en chaîne des catastrophes de malentendus, ouvre des gouffres d'incompréhension et déclenche un vertige majeur: car il n'y va pas d'autre chose, dans cette oeuvre apparemment bafouillante et incontrôlée, que d'une interrogation essentielle sur l'identité.

Dubillard est, des dramaturges des années soixante-dix, celui qui a poussé le plus loin - dans « ... Où boivent les vaches.» (dont le titre vient d'un des poèmes les plus mystérieux de Rimbaud : Comédie de la Soif) - le questionnement sur le statut de l'artiste et, ailleurs, sur l'efficacité magique du langage tel que le propose un théâtre du verbe et, plus généralement, tout théâtre où les choses n'existent que de ce qu'elles sont dites.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.